Le monde de l'invisible et de l'étrange

la dame blanche

Les dames blanches, ou grises se matérialisent toujours au même endroit. Elles tirent leur nom de leur vêtement ou de la lumière qui émane d'elles. Leur identité et la raison pour laquelle elles se montrent sont souvent connues des personnes qui les voient fréquemment. Les traits légendaires ou susceptibles d'être "tirés" vers le légendaire se perçoivent clairement. L'apparition se manifeste vers minuit, heure propice aux fantômes. Les lieux d'apparition sont situés près de croisements de routes et de ponts, endroits traditionnellement choisis par les créatures surnaturelles pour se manifester (ces lieux symbolisent un "passage" entre l'Ici-bas et l'Au-delà); enfin, la "femme en blanc" correspond à une figure classique d'être fantastique du folklore européen".

 

Les dames blanches sont présentes dans la majorité des folklore de partout dans le monde. Elles représentent généralement un esprit en peine, une âme triste, errant le lieu sur le lieu d'un drame et ce, jusqu'au jugement dernier. Vous trouverez sur cette page plusieurs contes et légendes au sujet des dames blanches. Dans certaines histoires, la dame blanche apparaît comme rusée et malicieuse, voulant quelques fois se venger en jouant des tours et en égarant les voyageurs.

Palavas, le 20 mai 1981 (France)


Le 20 mai 1981, quatre jeunes montpelliérains âgés de 17 à 25 ans vers 0h30, après s'être promené sur les quais de Palavas et avoir bu un coup, aperçoivent sur le bord de la route, une auto-stoppeuse d'une cinquantaine d'années portant un imperméable ainsi qu'un foulard blancs. Ils lui proposent de l'amener jusqu'à Montpellier. Elle ne répond pas mais opine de la tête, monte à l'arrière, et s'assied entre les deux passagères. La voiture repart. La mystérieuse auto-stoppeuse ne dit toujours pas un mot. Un kilomètre après, elle s'exclame "Attention au virage, attention au virage !". Le conducteur, surpris, lève le pied, et passe le virage sans encombre. C'est alors au tour des passagères de crier : le mystérieux personnage a disparu ! La voiture roule toujours à 90 km/h, les portes fermées... D'abord abasourdis, les quatre amis décident d'aller tout raconter à la police. Qui, après avoir cru à une plaisanterie, se rend sur place, sans rien trouver ! Plusieurs convocations plus tard, la police, comme toutes les personnes qui les interrogent, concluent à la sincérité des jeunes : leurs témoignages ne se contredisent jamais, ils ne s'intéressent pas au spiritisme ni à aucun sujet de ce genre... Enfin, ils évitent tant que possible de parler de cette affaire.


Si l'affaire de Palavas a défrayé la chronique, c'est en raison de l'homogénéité des témoignages des jeunes gens. En attendant, impossible de conclure de manière définitive sur ce cas. Le mystère reste entier...

 

Légende Briançonnaise (France)


La route de Lautaret
La route du col du Lautaret


La légende se situe en hiver sur la route du col du Lautaret. L'histoire raconte l'étrange aventure survenue à de nombreuses personnes au coeur de la nuit et de la tourmente : alors qu'elles étaient concentrées sur la conduite de leur véhicule, une incroyable apparition les surprenait au détour d'un virage : une dame vêtue d'une robe et d'un châle dont la blancheur immaculée rappelait celle de la neige, faisait de l'auto-stop appuyée contre une paroi glacée. Troublés et peinés par l'apparent dénuement de cet étrange fantôme, nombreux sont ceux qui lui offraient l'hospitalité dans la réconfortante chaleur de leur voiture.Son visage était entièrement dissimulé par son châle et toutes les tentatives de conversation s'avéraient vaines : le curieux personnage gardait obstinément le silence ... Les automobilistes reprenaient alors leur conduite et la nécessité de se concentrer leur faisait momentanément oublier leur passagère ...

Et le voyage se poursuivait toujours sans dommage. Arrivés à bon port, ils ne pouvaient que constater la disparition de la Dame ...Dans les auberges de la région, on raconte que la Dame Blanche du Lautaret protège les automobilistes qui la prennent à leur bord. Quant à ceux qui l'ignorent, leur voyage se poursuit au péril de leur vie. On raconte aussi que certains ont été internés en asile psychiatrique, à Laragne, pour avoir relaté cette histoire ...

 

La demoiselle de Tonneville (France)

On ne sait pas exactement quand elle vécu, mais on est à peu près certain qu'elle appartenait à la famille de Percy. Elle vécut dans un manoir en bordure de la route de Cherbourg à Beaumont, dont il ne subsiste aucun vestige intéressant.

La légende raconte qu'elle était intelligente et très belle, mais que son âme était mauvaise et cruelle. Capricieuse lorsqu'elle était petite fille, son désir de domination ne fit qu'augmenter avec l'âge. Dévorant de multiples ouvrages, elle s'initia à la magie et l'astrologie. Ses progrès furent si rapides qu'elle ne tarda pas à être en communication avec les puissances du Malin. Il faut dire que dans le Cotentin, l'influence des invasions Saxonne et Viking contribua à la persistance du paganisme, face aux avancées du monde chrétien. Longtemps, on recourut aux coutumes païennes, aux sorciers et autres devins. Puis la disparition subite des ses deux parents ajouta à son ressentiment. Un jour, une vieille femme s'arrêta près de l'étang situé en contrebas du manoir et la demoiselle de Tonneville l'y précipita dans un accès de fureur. Elle était la terreur de la contrée et il n'y avait pas de malheurs ou de calamités qui survinrent sans qu'on lui attribuât.

Les années passèrent, jusqu'au jour ou un procès l'opposa à des habitants de la commune voisine de Flottemanville, à propos de la possession d'une partie de la lande. On plaida avec acharnement de part et d'autre, mais la demoiselle de Tonneville perdit le procès. Elle prononça alors ces paroles : "Si, après ma mort, j'avais un pied dans le ciel et un autre dans l'enfer et qu'il fallût mettre les deux en enfer pour avoir la lande toute à moi, je n'hésiterais pas !"

Quand elle tomba malade, le curé de Tonneville vint pour la préparer à la mort. Elle lui dit qu'elle était toute préparée, et n'avait pas besoin de lui. Le curé l'exhorta à se rétracter de ce qu'elle avait dit, mais elle renouvela son désir d'appartenir à Satan pour hanter la lande qu'elle revendiquait. Finalement elle mourut dans l'impénitence. Le jour de l'enterrement, il fut impossible de sortir le cercueil de la propriété. Une force mystérieuse le retenait. On résolut alors de creuser sa tombe à l'endroit ou il se trouvait. On pensait en avoir terminé avec cet être maléfique, mais on se trompait.

Depuis ce jour, on la rencontre la nuit tombée, sur les landes de Tonneville et Flottemanville, ou bien près de l'étang de son ancien manoir. Toujours vêtue de blanc, elle s'exhorte à égarer le voyageur. A pied ou à cheval, il est pris d'une sorte de vertige, il perd le sentiment de l'orientation, il ne reconnaît plus le sentier, il crois revenir sur ses pas, change de direction et se perd tout à fait. Puis sans avoir compris, il se retrouve au milieu de l'étang. Alors, il entend la demoiselle de Tonneville ricaner du succès de sa ruse.

Quelquefois, elle se manifeste sous la forme d'un cheval blanc, et marche à coté d'un piéton, comme pour l'inciter à monter sur son dos. Malheur à celui qui se mettrait en selle pour accélérer son voyage, le cheval partirai aussitôt à travers les chemins creux, les fondrières et les ronces. Puis l'animal disparaît subitement sous le voyageur, laissant l'infortuné au beau milieu de l'étang...

Aujourd'hui, on n'entend plus guère parler des Milloraines, à tel point que l'on attribue ces apparitions aux superstitions et autres peurs ancestrales. Pourtant, en 1949, au cours de travaux dans l'ancienne enceinte du manoir, on mit à jour un cercueil recouvert d'une plaque de plomb, contenant des ossements humains. Qui autre que la demoiselle de Tonneville pouvait reposer ici, à l'endroit précis où, selon la légende, aurait été enterrée sa dépouille ?...

Phénomène plus récent, des auto-stoppeuses vêtues de blanc hantent le bord de nos routes. On en dénombrerait près de trois cent cas en France. Le scénario est identique : elles se manifestent au bord d'une route, toujours au même endroit, demandant à être prise en charge pour se rendre à quelques kilomètres de là. En un lieu bien précis du trajet, elles disparaissent subitement, souvent après avoir mis en garde le conducteur : c'est là qu'elles ont trouvé la mort quelques années auparavant, dans un accident de la circulation.

Auteur: Pascal Villeroy, Source: Normandie Héritage (Tous droits réservés.)

 

La dame blanche de Lessay (France)

En réalité, la région de Lessay ne compte pas moins de deux dames blanches. La lande de Lessay, située de part et d'autre de la route de Coutances, a toujours eu la réputation d'abriter des apparitions. La première, autrefois victime d'un assassinat, se manifeste dans la lande depuis des siècles par les nuits de pleine lune.

La route de la dame blanche de lessay
Le village de Bingard | la route de Lessay à Coutances
Photo Pascal Villeroy - Tous droits réservés

La seconde, plus récente, est très connue par les habitants du Centre-Manche. Elle fait de fréquentes apparitions au bord de la route de Coutances, à la sortie du Village de Le Bingard, faisant du stop pour rejoindre Lessay. Prise en charge, elle disparaît toujours à l'entrée du chef-lieu de canton, à hauteur du cimetière, là où elle repose : il s'agirait d'une adolescente de Lessay, Gabrielle R., tuée en 1970 dans un accident sur cette même route de Coutances.

Auteur: Pascal Villeroy, Source: Normandie Héritage (Tous droits réservés.)

 

La dame blanche de Balleroy (France)

C'est toujours lors de nuits pluvieuses qu'elle apparaît, à la sortie de la localité, en direction de Cerisy-la-Forêt. Vêtue de blanc, elle parait avoir moins de vingt ans, et demande à être déposée dans un village voisin, "là où habite sa mère".

La route de la dame blanche de Balleroy
L'embranchement sur la route Saint-Lô/Bayeux
Photo Pascal Villeroy - Tous droits réservés

Lors de la traversée du carrefour de l'Embranchement, situé sur la route Saint-Lô/Bayeux, elle montre des signes d'angoisse et de panique. Mais une fois celui-ci franchi, elle n'est déjà plus dans la voiture... C'est à cet endroit qu'elle a trouvé la mort, en 1960, dans une collision causée par un chauffard qui n'avait pas respecté la signalisation.

Auteur: Pascal Villeroy, Source: Normandie Héritage (Tous droits réservés.)

 

La Dame Blanche de Montpinchon (France)

Près du cimetière de Montpinchon, une dame blanche ferait une apparition chaque 14 du mois. D'ailleurs, dans les années 80, des centaines de spectateurs se déplaçaient pour assister au spectacle. Des milliers de curieux auraient aperçu cette forme évasive déambuler dans la campagne près de la rivière la Soule. Les gendarmes, médusés par un tel déplacement de foule, n'ont jamais pu prouver de supercherie.

Auteur: Pascal Villeroy, Source: Normandie Héritage (Tous droits réservés.)

 

La Dame Blanche de Caen / Luc-sur-Mer (France)

Depuis 1970, on la rencontre à proximité d'un arrêt de bus situé à Caen, sur la route de Douvres-la-Délivrande, juste après le C.H.U. Agée d'une trentaine d'années, elle prétend rentrer chez elle à Luc-sur-mer. Elle ne dit mot pendant les quatorze kilomètres du trajet, mais devient fébrile à partir du village de Mathieu, puis s'affole littéralement à l'entrée de Luc. "Faites attention, le virage est traître !" prévient-elle le conducteur. C'est inutile de chercher à la calmer, car une fois la courbe négociée, le siège du passager est vide... Cet endroit fut plusieurs fois le cadre d'accidents mortels, dont celui d'une jeune femme en 1970.

Auteur: Pascal Villeroy, Source: Normandie Héritage (Tous droits réservés.)



                                                                     smokey..............


11/08/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres