Le monde de l'invisible et de l'étrange

assassinat JFK, 11 sept conspiration

 


Conspiration et manipulation de masse à des fins d'enrichissement personnel en toute impunité...

Cet article s'adresse à toutes les personnes qui se satisfont de la teneur des actualités diffusées par les organes de presses majeurs de cette planète, à ceux qui se contentent d'assimiler ces informations sans trop se poser de questions ou faire usage d'esprit critique.


Les informations reprises ci-dessous sont connues des personnes que l'on qualifie - souvent avec dédain et parfois à tort – de conspirationnistes. Ces révélations, propagées dans les milieux enclins à la traque aux complots et à la désinformation, sont avérées et aisément vérifiables. Cependant ces révélations n'ont jamais fait la "Une" des canaux d'information à grande audience. Est-ce par crainte d'irriter l'Autorité, par manque de volonté de jeter un pavé dans la mare ou simplement parce que ceux-ci sont "sous contrôle?" Dans le cas présent, "sous contrôle" ne signifiant pas que les Rédactions des Organes de Presse seraient inféodées à l'Autorité, mais qu'elles se contenteraient simplement de relayer l'Information Officielle transmise par l'Autorité. Seuls les dirigeants de ces "Majors", ou mass média, seraient à même de répondre à cette interrogation...

Dans la vie il y a des coïncidences, des faits de nature dramatique, qui semblent destinés à engendrer la controverse, le doute ou la suspicion. Il y a également des personnes ou des groupes de personnes – des "familles" - qui ont une propension à être liés de manière récurrente à ce type de faits (méfaits)/événements aux conséquences désastreuses sur le plan humain, et ce, à l'échelle internationale.

La famille BUSH compte parmi ses membres quatre personnes qui sont intimement liées – directement ou indirectement - à deux drames survenus, l'un au 20ème siècle, l'autre en ce début de 21ème siècle. Ces événements sont respectivement :

) L'assassinat du 35ème Président des Etats-Unis, John F. Kennedy, le 22 novembre 1963 à Dallas, Texas.
) Les détournements d'avions et les attentats du World Trade Center et du Pentagone du 11 septembre 2001

Les quatre membres de la famille Bush en question sont les suivants :

George H. W. BUSH – Président des Etats-Unis (1989-1993) né le 12 juin 1924 à Milton, Massachusetts.
George W. BUSH – Président des Etats-Unis (2001- ) né le 6 juillet 1946 à New Haven, Connecticut.
John Ellis "Jeb" BUSH – Gouverneur de Floride (1999- ) né le 11 février 1953 à Midland, Texas.
Marvin P. BUSH – Homme d'affaire et politicien né le 22 octobre 1956 à n.c.

Je vous invite à consulter les notes de bas de page (sources & ressources) qui vous conduiront vers divers liens de référence.

 

L'assassinat de John F. Kennedy.

George H. W. Bush featuring John Ellis BUSH alias "Jeb" Bush.

Bien qu'il existe encore quelques personnes convaincues de la culpabilité unique de Lee Harvey Oswald (1), il n'y a généralement plus aucun doute dans l'esprit du public que LHO n'a pas agi seul. Selon le rapport du HSCA (2), publié en 1979, l'assassinat de John F. Kennedy est bel et bien le résultat d'une conspiration.

Au fil des ans et de la déclassification de documents de la CIA et du FBI il appert que George H. W. Bush, "respectable homme d'affaire" Président de la Zapata Oil Corp. (3) a été intimement lié aux événements qui ont précédés l'assassinat de JFK.
A noter, officiellement, sous la présidence kennedy, George H. W. Bush n'a jamais été membre de la CIA, ni agent contractuel au service de celle-ci, il en fût cependant Directeur de 1976 à 1977.

Faits Troublants & Coïncidences Étranges…

1 – Lorsqu'en 1961 la CIA mit sur pied l'opération d'invasion de Cuba – connue publiquement sous le nom "opération de la Baie des Cochons" – elle choisit comme nom de code "Operation Zapata." Coïncidence ?

2 – Selon un Officier de Liaison de la CIA, le Colonel Leroy Fletcher Prouty (4), la Zapata Off-Shore Corp. a fourni au moins deux de ses bateaux pour la mise en oeuvre de l'invasion de la baie des cochons.

3 – Le jour de l'assassinat de John F. Kennedy, le 22 novembre 1963, George H. W. Bush était présent à Dallas pour raison "d'affaires", il résidait au Sheraton-Dallas Hotel. Un document du FBI, déclassifié en date du 15 octobre 1993, démontre que George H. W. Bush avait une pré-connaissance d'un projet d'attentat contre le Président Kennedy à... Houston, Texas. Voir le rapport déclassifié du FBI.

A noter que lorsque j'emploie le nom "famille" en début d'article, j'aurais pu utiliser le terme "cartel" d'hommes d'affaires. D'autres emploient également l'expression "Complexe militaro-industriel."(5) Pour la petite histoire, un autre futur président des Etats-Unis d'Amérique, Richard Nixon (6), était lui aussi présent à Dallas le jour de l'assassinat, officiellement, pour assister à une convention de la firme Pepsi-Cola.

4 - Orlando Bosch Avila (7) est probablement "LE" terroriste au palmarès criminel le plus chargé. Orlando Bosch a été, comme en attestent les archives de la Sécurité Nationale U.S., un Agent contractuel pour la CIA entre 1962 et 1963. Par ailleurs, il a été suspecté d'avoir participé au complot visant à assassiner Kennedy. Orlando Bosch a été entendu par le HSCA et il a prétendu être à Miami durant l'attentat contre Kennedy – voir ma page relative à la présence possible d'Orlando Bosch Avila sur Dealey Plaza, le 22 novembre 1963 (jour de l'attentat.)
Arrêté puis incarcéré aux Etats-Unis pour violation des règles sur la liberté conditionnelle, Bosch a été pardonné et libéré - pour ses crimes perpétrés sur le territoire des Etats-Unis - par Georges H. W. Bush, et ce, sur insistance de son fils Jeb Bush(8) qui deviendra plus tard Gouverneur de Floride.
Question, pourquoi une telle mansuétude à l'égard d'un criminel notoire ? Cette clémence serait-elle une sorte de récompense pour "services rendus ?"
 



Les attentats du 11 septembre 2001.


George W. Bush featuring Marvin P. Bush, for Daddy and Friend$...

Tout le monde a encore en mémoire les effroyables attentats du 11 septembre 2001, jamais attaques d'une telle ampleur n'avait eu lieu sur le territoire des Etats-Unis d'Amérique. Les suites de ces attentats on les connaît, invasion de l'Irak et de l'Afghanistan et par la même occasion contrôle de cette zone stratégique du Moyen-Orient et de ses immenses ressources pétrolières. Comme l'ont fait remarquer plusieurs observateurs avertis, les attentats du 11 septembre ont été l'occasion pour les Etats-Unis, et particulièrement l'Administration Bush, d'entrer en guerre contre le terrorisme. En réalité et pour résumer, ignorant les recommandations des Nations Unies, les protestations de la Communauté Internationale – y compris de bon nombre de ses alliés historiques - l'Administration Bush-fils a utilisé le 11 septembre en guise de "carte blanche" pour mener à bien les desseins avortés, en 1990-1991, par Bush-père lors de la première Guerre du Golfe (9).

Déjà évoquée plus haut, une Communauté de chercheurs indépendants - souvent qualifiée de Communauté de Conspirationnistes – ne tarda pas à mettre à mal la version officielle sur les attentats du 11 septembre. Je ne saurais trop vous conseiller, si ce n'est déjà fait, de visionner le film de Michael Moore (10), Fahrenheit 9/11, pour vous faire une idée sur George W. Bush en général. Par ailleurs, la lecture des quatre ouvrages - repris en liens sur cette page – pourrait vous éclairer sur la section "Faits troublants et mensonges gouvernementaux", ci-dessous.
Ces livres sont les œuvres de Thierry Meyssan (11) et David Ray Griffin (12), deux courageux "debunkers"(13) ayant respectivement publié deux ouvrages explosifs sur les attentats du 11 septembre.

Faits Troublants & Mensonges Gouvernementaux – (Liste non exhaustive.)

1 – Un des prétextes de l'Administration Bush pour légitimer l'invasion de l'Irak fût de diaboliser Saddam Hussein en faisant croire à l'opinion publique mondiale – plans, photos et schémas à l'appui - que celui-ci disposait d'un arsenal d'armes de destruction massive (14). Alors que l'Irak était envahi et les troupes U.S. implantées depuis longtemps, l'Administration Bush a dû reconnaître publiquement qu'elle s'était "trompée" et que Saddam ne disposait pas de telles armes. A l'heure où j'écris ces lignes et alors que Saddam Hussein a été jugé et pendu depuis quelques semaines, le Président Bush décide le 10 janvier 2007 d'accroître la présence militaire en Irak et Afghanistan - en envoyant à terme plus de 20.000 soldats supplémentaires - et dans la foulée il demande au Congrès une rallonge budgétaire de 100 milliards de dollars !

2 – Le comportement de George W. Bush et de son entourage – entendez principalement les Services Secrets – au moment des attentats est totalement en contradiction avec les règles élémentaires de sécurité qui doivent être appliquées en cas d'événement de cette ampleur. Peu d'entre vous savent que lorsque le président Bush arrive à 9 heures à l'école primaire de Sarasota en Floride, un premier avion s'est déjà crashé – à 8h48 - sur la tour (Nord) du World Trade Center. A 8h50 CNN interrompt ses programmes pour diffuser l'information. Cependant, "W" continue son programme comme si de rien n'était. On peut difficilement croire que les Services Secrets en charge de la protection du président des Etats-Unis n'ont pas reçu cette information en temps réel. Par la suite, George W. Bush prétendra n'avoir eu connaissance des attaques que lorsqu'on vint le prévenir (15) dans la salle de classe (16), ce qui ne l'empêchera pas de poursuivre sa visite - suivant le programme planifié - jusqu'à son terme.

3 – Au moment de la première frappe sur les tours du WTC, Dick Cheney (17) et Condoleezza Rice (18) sont immédiatement mis à l'abri dans le bunker situé sous la Maison Blanche (19). Le président Bush quant à lui – alors qu'il représente une cible potentielle dont la visite à l'école de Sarasota avait été annoncée dans la presse depuis longtemps - continue son programme comme s'il savait qu'il ne risque rien. Ce comportement permet légitimement de s'interroger quant à une connaissance préalable – par W. Bush & Co. – de la nature des attentats et des cibles visées. En d'autres termes, si le président Bush et sa "suite" ne jugent pas nécessaire de quitter l'école de Sarasota - et de gagner au plus vite une "Safe Place" (20) – c'est qu'ils savent qu'ils ne risquent rien ! C'est d'ailleurs par l'itinéraire initialement prévu que le président Bush et sa suite quitteront Sarasota (N.D.A.: Pour tout cortège présidentiel, plusieurs itinéraires de "replis" sont toujours envisagés et l'un d'eux utilisé en cas de nécessité.)

4 – Dans les immédiates heures qui suivront les frappes sur les Twin Towers, Georges Bush déclarera «J'étais assis hors de la classe en attendant d'entrer et j'ai vu l'avion frapper la tour.» (N.D.A.: il parle du premier avion ayant frappé la tour Nord.) Sans compter que cette déclaration est en totale contradiction avec celle évoquée dans le Pt. 2 ci-dessus. Nous avons là une indice vraiment troublant qui permet de supposer qu'il y avait au moins une caméra – des... Services Secrets – sur le site du W.T.C. pour enregistrer les attaques et transmettre les images de celles-ci au Staff Présidentiel. En effet, les seules images de l'impact du premier avion sur la tour Nord ont été enregistrées incidemment par Jules Naudet (21). Ces images, que vous avez encore tous en mémoire, représentent officiellement le seul enregistrement vidéo existant du premier impact dans la tour Nord. Le hic c'est qu'elles n'ont été diffusées que 13 heures après les faits, donc longtemps après cette étonnante déclaration de George W. Bush ! (19)
Dès lors, si cette déclaration de W. Bush est exacte - qu'il a pu visionner la première frappe en "léger différé" - c'est qu'il y avait pré-connaissance de la survenance de ces frappes et que les Services Secrets étaient "sur site" afin de capturer, transmettre et rendre compte des événements à leur Commandant en Chef.

5 – Selon un sondage de Zogby International (22), seulement 43% des Américains - et dès lors un pourcentage bien moindre d'Européens - savent q'un troisième building, le WTC7, s'est effondré le 11 septembre 2001. Le WTC7 fait partie des dégâts collatéraux consécutifs aux crashs des deux avions sur les Twin Towers. Le WTC7 n'était en proie qu'à quelques incendies mineurs et très localisés. Pourtant, il s'est effondré sept heures après les WTC1 et WTC2. La rumeur selon laquelle les effondrements des Twin Towers et du WTC7 seraient le résultat de démolitions contrôlées peut sembler inconcevable, cependant... Dans une interview Larry Silverstein - propriétaire du WTC7 – admet qu'il a décidé en concertation avec le Commandant des pompiers de "tirer" (faire tomber) le WTC7 (23).

Comment peut-on concevoir qu'en un temps record, alors qu'ils avaient d'autres priorités, les pompiers – pas forcément spécialistes en ce domaine – aient pu installer les charges nécessaires à la démolition contrôlée du WTC7 ? A noter qu'aucune des pages du Rapport de la Commission d'Enquête sur les Attentats du 11 septembre 2001 ne donne d'explications à propos de l'effondrement du WTC7 !
Ce fait étant maintenant porté à votre connaissance, vous conviendrez qu'il est peu probable – pour ne pas dire impossible - que la démolition contrôlée du WTC7 puisse avoir été improvisée et que les charges explosives aient été disponibles et placées par les pompiers en un temps record. La logique impose la conclusion suivante, ces charges d'explosifs ne peuvent avoir été mises en place que dans les jours ou semaines ayant précédés les attentats du 11 septembre ! Ci-dessous, au Pt. 6 et Pt. 7, d'autres éléments "explosifs" relatifs à la possibilité que les Twin Towers aient fait l'objet d'une telle "préparation" antérieure au 11 septembre 2001.

6 – Cet avant dernier point est assez long mais sa lecture est indispensable.
Toute personne qui prétendrait que les effondrements des Twin Towers, WTC1 & WTC2 pourraient résulter d'une démolition commandée (contrôlée) risquerait de se faire passer pour quelqu'un de dangereusement paranoïaque. En tous cas, au lendemain du 11 septembre 2001, peu de gens auraient été enclins à prendre cette affirmation au sérieux et auraient vivement recommandé l'emploi d'une camisole de force et l'internement immédiat de personnes proférant ce genre d'affirmation, cependant... Au vu des déclarations de Larry Silverstein – évoquées au Pt. 5 - si des charges explosives sont à l'origine de la démolition du WTC7, il est peu probable que ces charges aient été installées dans l'après-midi du 11 septembre 2001. Cette "préparation" est donc de toute évidence antérieure au jour des attentats. Vous vous interrogez certainement quant à la possibilité – faisabilité - d'une telle préparation dans les Twin Towers. De même, vous êtes encore certainement convaincus que ce sont les crashs des avions et les incendies consécutifs à l'embrasement du kérosène qui sont à l'origine de l'effondrement des tours jumelles. Avant d'aborder la possibilité que les tours jumelles aient été préparées afin d'être démolies de manière "contrôlée", voici quelques points susceptibles de faire vaciller vos convictions.

(a)
Jamais un building à l'armature d'acier ne s'est effondré sous l'effet d'un incendie, même prolongé. Le kérosène des deux avions s'est rapidement et totalement consumé, un certain pourcentage de ce carburant a d'ailleurs été pulvérisé à l'impact et s'est embrasé à l'extérieur des tours.


(b)
L'éventualité d'un impact d'avion a été prise en compte lors de la construction des tours, celles-ci se sont d'ailleurs parfaitement stabilisées dans les minutes qui ont suivi les impacts.


(c)
Ni les dommages mécaniques induits par la pénétration des avions, ni la température des incendies consécutifs aux crashs de ceux-ci, n'ont pas été suffisamment intenses - en termes de température et de durée - pour "fragiliser" la structure (ossature) – des tours.


(d)
Si l'on se réfère aux conclusions de la Commission d'Enquête sur le 11 septembre, les tours se sont écroulées parce que leur structure s'est affaiblie. Si l'on suit la logique avancée par cette même Commission, il est tout à fait anormal que ce soit la tour Sud – frappée en second et dans une moindre mesure (sur l'angle) – qui se soit effondrée en premier.


(e)
L'effondrement même des tours est sujet à caution car en totale contradiction avec les lois élémentaires de la physique ! En effet, celles-ci se sont effondrées à une vitesse proche de la chute libre. La logique voudrait pourtant que l'empilement successif des cent dix étages ait au contraire freiné de manière sensible la chute des bâtiments.


(f)
Et pour finir, une analyse à l'oeil nu des photos de "Ground Zero" (24) permet de constater que les restes des tours jumelles se résument à de la poussière et seulement quelques restes de l'ossature métallique du rez-de-chaussée. Peu de morceaux des 110 planchers en béton – ne serait-ce que de quelques mètres carré de superficie – ne peuvent être discernés. On devrait de toute évidence pouvoir apercevoir quelques poutrelles tordues faisant partie de la robuste armature centrale – le noyau – faite de profilés rectangulaires en acier dont l'épaisseur était de dix centimètres ! Si cela n'est pas possible c'est simplement parce que ces armatures ont été "segmentées" par les explosions et dès lors recouvertes par les planchers en béton réduits – par explosion - en fines particules de moins de 60 microns. La hauteur totale des gravas est quant à elle anormalement basse lorsque l'on considère le volume de matériaux constitutif des deux tours.



7 – A priori il semble farfelu, impossible voire démentiel d'imaginer que l'effondrement des Twin Towers puisse être le résultat d'une démolition contrôlée (commandée.) Les principaux opposants à cette théorie mettent principalement en avant la complexité et le temps nécessaire – sans compter le facteur discrétion – pour la mise en oeuvre d'une telle "opération."
Bon nombre d'observateurs avertis n'ont pas manqué de souligner que le 11 septembre 2001 avait représenté - pour l'administration Bush - un "Nouveau Pearl Harbor" permettant de justifier (légitimer) la campagne d'Irak et d'Afghanistan. Contrairement aux investigateurs de la Commission sur les attentats du 11 septembre certaines personnes que l'on qualifie de conspirationnistes n'ont pas manqué de se poser la question essentielle: "A qui profite le crime ?"

En début d'article je vous parlais d'information aseptisée distillée par les média à grande audience, cette même information à laquelle vous faites confiance et que vous assimilez sans trop vous poser de questions.
Ce qui suit N'A PAS ÉTÉ LARGEMENT DIFFUSÉ dans la presse "régulière", par ailleurs - et c'est le plus grave - ces informations ne sont même pas reprises dans les pages du Rapport de la Commission sur les Attentats du 11 septembre.
Si vous doutez de la possibilité que des explosifs aient pu être installés dans les tours jumelles vous devez immanquablement vous poser une question: Qui était en charge de la sécurité des édifices du WTC ?

La réponse est la suivante, Marvin P. Bush !

Marvin P. Bush, le plus jeune frère du président George W. Bush a été l'un des directeurs de la société Securacom (25) en charge de la sécurité du World Trade Center de 1996 jusqu'au 11 septembre 2001. Pour clore cette "Family Business List"; sachez qu'un autre personne tout aussi intéressante faisait partie de la Direction de Securacom, il s'agit de Wirt D. Walker qui n'est autre que le cousin de Marvin P. Bush et de George W. Bush.
Cette étrange collusion n'a fait l'objet d'aucune enquête du FBI, ni de la Commission sur le 9/11 ni d'aucun autre service fédéral d'investigation !

Selon des témoignages recueillis par David Ray Griffin (12) & (19), il s'est passé des faits inhabituels et suspects dans les Twin Towers dans les semaines et les jours qui ont précédé les attaques du 11 septembre.

(a)
Les équipes en charge de la sécurité des Twin Towers – suite à un état d'alerte potentiel – travaillaient sans relâche par pauses de 12 heures et utilisaient des chiens rompus à la détection d'explosifs. Cinq jours avant les attentats le niveau d'alerte a été "levé" et dès lors "l'appui" des chiens renifleurs suspendu.


(b)
Le week-end précédant le 11 septembre il y a eu une coupure de courant de 36 heures dans la tour WTC2 depuis le 50ème jusqu'au sommet de celle-ci. Raison officiellement annoncée, amélioration du câblage de la tour! A noter que sans courant les caméras de surveillance de même que le verrouillage des portes et accès divers étaient inopérants. Selon le même témoin, de nombreux techniciens n'ont cessé d'aller et venir durant tout le week-end.


(c)
Rudolph Giuliani (26) le maire de New York, à l'instar de Larry Silverstein, semble avoir eu une pré-connaissance de l'effondrement des Twin Towers. Il a déclaré à Peter Jennings (27) lors d'une interview sur ABC News "qu'on" lui avait annoncé – alors qu'il se trouvait dans le PC de crise situé au 23ème étage du WTC7 – que "le World Trade Center allait s'effondrer." Qui a transmis cette information à Giuliani ? L'effondrement des Twin Towers représentant un fait sans précédent et dès lors hautement improbable, il est impossible que cette information lui ait été transmise par les pompiers. En effet, ceux-ci étaient les plus à même de détecter les signes avant-coureurs d'un effondrement imminent et dès lors ils auraient quitté les lieux pour leur propre sécurité. Au contraire, jugeant la situation "sous contrôle" ces professionnels du feu ont continué de s'affairer jusqu'aux derniers instants et 343 d'entre-deux y ont laissés leur vie.


Voilà pour l'essentiel concernant les Bush$ (non,non ! Il n'y a pas faute de frappe.)
Je n'aborderai pas ici les liens entre les Bush et certaines familles Saoudiennes, y compris les Ben Laden !
Pas d'évocation, non plus du "New World Order" (Nouvel Ordre Mondial.)


Faites vos propres recherches et demandez-vous pourquoi (liste non-exhaustive):

1°)
Le système de "réponse" automatisé de missiles sol-air en place au Pentagone n'est pas entré en action pour détruire le vol AA77 avant que celui-ci s'écrase – prétendument –sur la façade ouest !


2°)
Pourquoi, alors qu'elle en avait largement le temps, la défense aérienne n'a pas intercepté les avions détournés.


3°)
Comment e.a. le fuselage en Dural du vol AA77 a pu pénétrer trois anneaux renforcés du Pentagone et laisser – dans un premier temps - la façade de celui-ci presque intacte alors que les moteurs en acier auraient dû littéralement fracasser la façade de part et d'autre de l'orifice d'entrée du fuselage.


4°)
Comment les passagers du vol UA93 ont-ils pu passer des appels GSM à leur famille (fort improbable à une telle altitude.)


La liste est longue et plus je la déroule plus un sentiment d'écoeurement m'étreint...

Vous pouvez poster vos réactions sur ce Blog: The Bush$ and Co. - Dirty Business

Documentez-vous, faites vos propres recherches et ne soyez plus naïfs.
 
Marcel Dehaeseleer
Copweb Belgium
© Février 2007
lien source

 


11/10/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres