Le monde de l'invisible et de l'étrange

Le fluor dans l'eau potable(nwo conspiration)ATTENTION

Le Fluor peut vous rendre idiot!!!

Le fluorure, l'ingrédient actif de plusieurs pesticides et rodenticides, est un poison violent plus toxique que le plomb. Par conséquent, l'ingestion accidentelle d'une trop forte dose de fluorure peut être la cause de symptômes aigus d'empoisonnement. Chaque année, des milliers de cas rapportés aux centres anti-poison des États-Unis sont reliés à une ingestion excessive de dentifrice, rince-bouche et suppléments fluorés. Les accidents reliés à la fluoration de l'eau, résultant en une surdose de fluorure dans l'eau, sont l'une des sources d'empoisonnement aigu au fluorure.

FLUORURE & FLUOROSE DENTAIRE (Cliquez pour plus de détails)
L'ingestion excessive de fluorure durant la petite enfance peut endommager les cellules des dents en formation, causant un défaut de l'émail dénommé fluorose dentaire. Les dents affectées par la fluorose sont décolorées de manière visible, passant de tâches blanches à des taches brunes et noires. D'après le Centers for Disease Control, 32% des enfants américains souffrent désormais de fluorose dentaire. De 2 à 4% des enfants sont atteints à des niveaux de modéré à sévère (CDC 2005). Selon le Dr. Hardy Limeback, Chef du département de Dentisterie préventive de l'Université de Toronto, "Il est illogique d'assumer que le seul tissu affecté par l'ingestion quotidienne d'une faible dose de fluorure soit l'émail des dents''.

FLUORURE & les REINS (Cliquez pour plus de détails)

Les reins jouent un rôle vital dans le mécanisme de protection qui empêche une accumulation excessive de fluorure dans le corps. Chez les individus jouissant d'une bonne santé, les reins excrètent près de 50% du fluorure quotidiennement ingéré. Par contre, chez les individus souffrant de maladie du rein, la capacité d'éliminations des reins est grandement réduite, ce qui résulte en une accumulation de fluorure dans le corps humain.

Il est maintenant bien établi que les individus souffrant de maladie du rein sont plus vulnérables aux effets toxiques cumulés du fluorure. Lorsqu'il s'accumule au niveau du squelette, le potentiel du fluorure à causer ou exacerber l'ostéo-dystrophie rénale (maladie des os assez commune chez les individus souffrant de maladie du rein à un stade avancé) est particulièrement préoccupant.

De plus, il est maintenant clairement démontré qu'à haute dose, tant chez les animaux que chez les êtres humains, le fluorure empoisonne rapidement la fonction rénale. Les impacts d'une faible dose de fluorure à long terme n'ont pas été étudiés de manière adéquate. Une étude animale récente, menée par des scientifiques de l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis (US Environmental Protection Agency) (Varner 1998), rapporte que l'exposition de seulement 1 ppm de fluorure dans l'eau cause des dommages aux reins chez les rats buvant l'eau sur une longue période de temps. Une nouvelle étude chinoise a trouvé un taux accru de maladie du rein chez les êtres humains ingérant plus de 2 ppm de fluorure (Liu 2005). Par conséquent, selon toute probabilité, les effets néfastes du fluorure sur les reins, à haute dose et sur courte période de temps, peuvent également être répliqués pour de faibles doses, mais ingérées sur une longue période de temps.
FLUORURE & MALADIE DES OS (Cliquez pour plus de détails)

Il est bien établi qu'une exposition excessive au fluorure cause une maladie des os dénommée fluorose squelettique. À un stade précoce, la fluorose squelettique est difficile à diagnostiquer. Elle peut facilement être confondue avec diverses formes d'arthrite, incluant l'arthrose et la polyarthrite rhumatoïde. À des stades avancés, la fluorose s'apparente à une multitude de maladies des os et des articulations. Chez les individus souffrant de maladie du rein, l'exposition au fluorure peut contribuer à (ou exacerber) l'ostéo-dystrophie rénale.
FLUORURE & FRACTURE DES OS (Cliquez pour plus de détails)

La très grande majorité des études animales à avoir examiné les effets du fluorure sur la résistance osseuse a trouvé que le fluorure n'a aucun effet ou qu'il affecte négativement la résistance osseuse. Une petite minorité d'études animales a rapporté un effet bénéfique.

Les études sur les populations humaines ont trouvé un lien entre la consommant d'eau fluorée et la fluorose dentaire et un taux accru de fracture des os chez les enfants; on a également établi un lien entre l'ingestion d'eau fluorée sur une longue période de temps et un taux accru de fracture de la hanche chez les personnes âgées. Des essais cliniques exhaustifs chez les êtres humains - incluant deux études en double aveugle - ont trouvé que l'ingestion de fluorure (à des doses entre 18 et 34 mg/jour pendant juste 1 à 4 années) augmente le taux de fracture des os (particulièrement le taux de fracture de la hanche) chez les patients souffrant d'ostéoporose.

FLUORURE & le CERVEAU (Cliquez pour plus de détails)

De nos jours, l'un des domaines de recherche les plus actifs relativement à la toxicité du fluorure est l’étude de la capacité du fluorure à causer des lésions au cerveau. Des études ont trouvé qu'une exposition à des taux élevés de fluorure est associée à une habilité cognitive réduite chez les enfants. La découverte d'effets neurotoxiques chez les êtres humains exposés au fluorure est cohérente avec les dernières découvertes issues de plus de 30 études animales publiées depuis 1992. Comme pour les études chez les êtres humains, les études animales rapportent des troubles d'apprentissage et de la mémoire chez les groupes exposés au fluorure. Les études animales ont également fourni un large faisceau de preuves des effets toxiques directs du fluorure sur le tissu cervical, même à des concentrations aussi faibles que 1 ppm de fluorure dans l'eau (Varner 1998).

FLUORURE & la GLANDE PINÉALE (Cliquez pour plus de détails)

Durant les années 1990, on a découvert que la glande pinéale est un site majeur d'accumulation de fluorure dans le corps à des concentrations de fluorure plus élevées que dans les dents ou les os. Des études animales subséquentes ont démontré que l'accumulation de fluorure dans la glande pinéale peut réduire la capacité de celle-ci à synthétiser la mélatonine, une hormone qui agit lors du déclenchement de la puberté. On a trouvé que les animaux traités au fluorure démontrent un taux réduit de circulation de mélatonine ainsi qu'un déclenchement précoce de la puberté. Les scientifiques qui ont mené ces études ont conclu :

"L'utilisation sécuritaire du fluorure est finalement basée sur l'hypothèse selon laquelle l'émail des dents en formation est l'organe le plus sensible aux effets toxiques du fluorure. Les résultats de cette étude suggèrent que les pinealocytes pourraient être aussi susceptible au fluorure que l'émail en formation" (Luke 1997).

Le fait est que les effets du fluorure sur la glande pinéale n'ont jamais été étudiés, ni même suggérés avant les années 1990. Ceci met en évidence le manque flagrant de connaissances qui sous-tend les politiques actuelles en matière de santé et de fluoration.

FLUORURE & la GLANDE THYROÏDE (Cliquez pour plus de détails)

Jusque dans les années 1970, les médecins en Europe et en Amérique du sud sud utilisaient des composés inorganiques de fluorure pour traiter les patients souffrant d'hyperthyroïdie (thyroïde suractivé). Le fluorure était alors utilisé à cause de son efficacité à réduire l'activité de la glande thyroïde - même à des doses aussi faibles que 2 mg/jour.

De nos jours, beaucoup de gens vivant dans les communautés où l'eau est fluorée ingèrent autant de fluorure que la dose (2 à 10 mg/jour) autrefois utilisée par les médecins pour réduire l'activité de la glande thyroïde chez les patients atteints d'hyperthyroïdie. Cela est préoccupant, surtout si l'on considère à quel point l' hypothyroïdie est actuellement répandue en Amérique du nord. Les symptômes de l'hypothyroïdie incluent l'obésité, la léthargie, la dépression et la maladie cardiaque.

FLUORURE & CANCER (Cliquez pour plus de détails)

Selon le National Toxicology Program, "la prépondérance de preuve" issue d'études 'in vitro' indique que le fluorure est un agent mutagène, c'est-à-dire qu'il crée des dommages génétiques au niveau de l'ADN. La majorité des substances qui causent des mutations cellulaires sont également des substances cancérigènes.

Bien qu'en laboratoire les concentrations de fluorure causant des mutations cellulaires soient plus élevées que les concentrations retrouvées dans le sang humain, il y a dans le corps certains "micro-environnements" (ex:les os) où le fluorure peut s'accumuler jusqu'à atteindre des concentrations comparables ou supérieures à celles qui causent des effets mutagènes en laboratoire.
Les résultats d'études animales financées par le gouvernement indiquent que le fluorure cause le cancer de os (ostéosarcome). D'autres études démontrent que le taux d' ostéosarcome chez les jeunes hommes vivant dans les zones fluorées est supérieurs à celui des jeunes hommes vivant dans les zones non fluorées. Bien que rare, l'ostéosarcome est un type de cancer extrêmement malin. Les probabilités de mort ou d'amputation des enfants frappés par l'ostéosarcome sont extrêmement élevées (l'espérance de vie moyenne est de moins de 3 ans).

FLUORIDE & APPAREIL DIGESTIF (Cliquez pour plus de détails)

Lors d'expériences menées en double aveugle, des troubles de l'appareil digestif ont été produits parmi les individus hypersensibles au fluorure par aussi peu que 1 mg de fluorure ingéré (une dose régulièrement dépassée chez les personnes vivant dans les communautés où l'eau est fluorée. Lors d'essais cliniques contrôlés, on a démontré qu'une seule ingestion d'aussi peu que 3 mg de fluorure peut provoquer des dommages à la muqueuse intestinale chez des individus adultes et en bonne santé. Aucune recherche n'a jamais été menée pour déterminer les effets sur l'appareil digestif pouvant être causés par des doses plus faibles, mais répétées sur une longue période de temps.

FLUORURE & CARIE DENTAIRE (Cliquez pour plus de détails)

Selon le consensus général actuel auprès de la communauté scientifique, le principal et unique bénéfice dentaire du fluorure proviendrait d'applications TOPIQUES sur la surface extérieure des dents (par contact sur les dents) , et non pas suite à l' ingestion SYSTÉMIQUE (l'action d'avaler le fluorure). Ainsi, il n'est pas surprenant de constater que dans la deuxième moitié du vingtième siècle, le taux de carie dentaire a chuté de manière très similaire dans tous les pays occidentaux, et ce, indépendamment du fait que chaque pays fluore ou non l'eau potable.

De nos jours, le taux de carie dentaire à travers toute l'Europe de l'ouest est aussi faible que celui retrouvé aux États-Unis, en dépit des différences majeures dans le pourcentage de communautés fluorées sur ce deux continents (la fluoration de l'eau est une mesure qui a été rejetée par la majorité des pays européens).

Parmi les pays qui fluorent l'eau potable, des études récentes et à grande échelle, utilisant des méthodes scientifiques modernes non utilisées dans les premières études menées dans les années 1930-1950, ont trouvé de faibles différences entre les taux de carie dentaire et de carie dentaire du biberon chez les communautés fluorées et non fluorées.


11/10/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres